Lune captive dans un oeil mort de Pascal Garnier

Enfin le retraite est là ! et pourquoi  ne pas quitter la ville  et s’envoler vers le soleil dans une de ces résidences où l’on peut trouver le confort et la sécurité ? maison de plain-pied, piscine chauffée, gardien, club-house le paradis après une vie de labeur…… mais le paradis prend un drôle d’air :  les quelques personnes qui on commencé à intégrer la résidence « les conviviales », paisibles retraités,  laissent apparaître au fil des jours des failles, des comportements bizarres. Petit à petit Pascal Garnier nous invite à découvrir, crescendo, la face cachée de ces seniors qui semblaient de prime abord faire partie de ces gens que vous croisez tous les jours, de ces personnes avec  des  existences banales faites de  joies, de soucis, d’habitudes,  de tics de  vieux couple,  et puis  tout dérape dans la chaleur estivale et le paradis promis se transforme en un enfer où les peurs, les blessures éclatent au soleil.

Magistral roman noir de Pascal Garnier (décédé en 2010) qui en quelques 150 pages nous mène avec un savant dosage vers l’explosion finale. Tranquille la vie de senior ? Hum, pas si sûr !

 

Send to Kindle

Le cuisinier de Martin Suter

Nous sommes en pays Helvète. Maravan est un réfugié tamoul qui est employé comme plongeur dans un restaurant « nouvelle cuisine » très chic. Il est licencié ainsi qu’Andrea une jeune femme qui travaillait avec lui. Ils décident ensemble de créer   »au noir » une petite entreprise de restauration à domicile « Love Food ».  Maravan a un don qu’il tient d’une de ses tantes : c’est un merveilleux cuisinier qui connaît sur le bout des doigts la cuisine cingalaise et plus particulièrement une certaine cuisine aux vertus aphrodisiaques.
Maravan est tiraillé entre ses origines et le respect des coutumes et des pratiques de Ceylan et la vie telle qu’elle existe en Suisse. Il est également soucieux d’aider sa famille restée au pays et suit avec inquiétude la lutte entre les tamouls et le pouvoir établi à Colombo,  tout cela sur fond de crise financière.
J’avais beaucoup aimé le premier livre de Martin Suter « Small Word ». Que dire de « Le cuisinier » ? Que l’auteur s’égare entre les thèmes de d’affrontement entre culture tamoul et culture occidentale, entre évocation de la crise économique et guerre au Sri Lanka ; il est y est beaucoup question de cuisine indienne et l’amateur trouvera en fin de récit quelques recettes de cuisine. Pour ma part j’ai trouvé le livre  de M. Suter un peu indigeste !

Send to Kindle

L’épée de Darwin de Dan Simmons

Darwin Minor, docteur en physique, est « expert en reconstitution d’accidents ». En revenant d’une expertise dans la région de Los-Angeles on essaie de le tuer ; c’est un des éléments qui va le décider à collaborer avec la police et notamment avec la ravissante Syd pour mettre un terme à un immense réseau de « swoop and squat » (arnaques à l’assurance avec des véhicules pour toucher des dommages et intérêts) qui touche la Californie et quelques autres états américains. Excellent thriller et on se croirait vraiment au cinéma dans certaines scènes relatées par D. Simmons. Une seule réserve pour ce que j’appellerai un « techno-polar » c’est parfois l’évocation très pointue de certaines reconstitutions et une incroyable connaissance dans le domaine des armes qui lassent un peu ; on finit par se demander si D. Simmons n’était pas armurier avant de devenir écrivain ! Un bon petit pavé de 600 pages qui se lit avec gourmandise.

Send to Kindle

Les raisons du doute de Gianrico Carofiglio

Guido Guerrieri est avocat à Bari, un avocat pas très heureux en amour, solitaire, amoureux des livres et de la boxe. Fabio Policelli, détenu pour trafic de drogue, le désigne comme défenseur ; il rencontre ce dernier à la prison et le reconnaît tout de suite : il faisait partie d’une bande de jeunes fascistes qui 25 ans auparavant l’avait agressé. Bien décidé à ne pas accepter de défendre cet individu, il se laisse pourtant convaincre  par Natsu, la très belle épouse de Policelli, de s’occuper de l’affaire. Tenaillé entre le désir de ne pas défendre Fabio et le doute qu’il peut avoir sur sa culpabilité l’avocat va pourtant, grâce à son ami policier Tancredi  assurer sa défense et ce  malgré les menaces qui pèsent sur lui .  Gianrico Carofiglio écrit un bon roman policier, un polar procédurier,  avec une figure  attachante l’avocat G. Guerrieri  et beaucoup de subtilité dans les relations entre les différents personnages. C’est aussi une réflexion sur la justice, la justice italienne mais également sur la difficulté parfois de choisir entre l’innocence et la culpabilité entre la certitude et le doute.

 


 

Send to Kindle